Création d’une entreprise de home staging : comment se lancer ?

La décoration intérieure ou le home-staging intéresse de plus en plus de personnes. Afin de concrétiser leurs envies et leurs idées, elles se lancent dans la création de leur propre entreprise. Cependant, un tel projet mérite une mûre réflexion, car il ne s’improvise pas et puis, une telle décision n’arrive pas du jour au lendemain.  

Bien choisir le statut juridique avant de créer son entreprise de home staging

Bien qu’aucun diplôme ne soit indispensable pour créer une entreprise de home staging, il faut toutefois avoir un bon sens artistique, un bon relationnel, un sens de gestion et une imagination vive. Concrètement, cette activité a pour objectif de valoriser une maison ou un appartement pour simplifier ou accélérer sa revente. Une fois la décision prise, il convient d’affiner son concept pour se différencier de la concurrence, car effectivement d’autres sociétés de home staging peuvent se trouver dans cette même zone. Pour se démarquer, il faut penser à l’agencement des locaux et au choix d’une communication originale par exemple.

Maintenant, pour ouvrir une société de décoration il convient de bien choisir son statut juridique. En effet, être « home stager » c’est exercer une activité libérale et donc, il faut s’enregistrer soit à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, soit à l’URSSAF. Plusieurs statuts juridiques sont envisageables à savoir l’EIRL, l’EURL, l’EI ou la SASU. Le promoteur fixera son choix en fonction des particularités de son enseigne. Ensuite, il importe de procéder à la réalisation du business plan dans le souci de réfléchir au projet, tout en faisant état de sa rentabilité future. Ce document est surtout important pour les personnes extérieures telles qu’un expert-comptable ou une banque, qui désirent prendre connaissance du projet. Par ailleurs, il ne faut pas omettre l’immatriculation auprès du centre de formalités d’entreprise afin d’obtenir son extrait Kbis. Trouvez plus d’infos sur https://www.extrait-kbis.info.

Penser au coût lié à la conception de ce type d’établissement

Démarrer un projet de ce genre requiert un budget important afin de couvrir les frais de démarchage et de prospection auprès des particuliers et des agences immobilières, ainsi que les cotisations sociales et la masse salariale. Pour aider l’intéressé à estimer son budget, il devra prendre en compte la taille et le statut de l’enseigne. En général, les coûts engagés dans la conception d’un home staging sont moindres, étant donné qu’il n’y a pas d’investissement d’équipements à faire ou l’achat d’un local. Bien sûr, l’État est en mesure de financer cette idée à travers des aides sociales, financières ou fiscales et si nécessaire, il est à même de fournir un accompagnement personnalisé tout au long des démarches.

Aussi, il est possible de bénéficier de réductions d’impôt lors de la constitution de sa future entreprise de décoration intérieure. Pour ce qui est de l’activité proprement dite et comme elle ne requiert aucun diplôme, le futur « home stager » doit cependant, penser à suivre une formation spécialisée dans le domaine pour mieux cerner les divers contours de son futur métier. Cela va accroître ses chances de succès dans le secteur. Une fois toutes ces étapes effectuées, il est temps de réfléchir à la promotion de sa firme à travers une communication puissante via Internet par exemple. Les consommateurs pourront laisser des commentaires ou des recommandations sur la page dédiée à cet effet afin d’améliorer l’image de la société. Le bouche-à-oreille se chargera du reste, ce qui en fera une publicité gratuite à l’enseigne. En outre, l’isolement professionnel est déconseillé, car cela peut être un frein au bon fonctionnement du métier. Il est ainsi recommandé de s’informer sur les pratiques et les évolutions des activités dans le secteur en adhérant à un réseau par exemple.