Quelles sont les erreurs à éviter pour l’emplacement des luminaires ?

Toutes sortes de luminaires utilisés représentent d’excellents objets décoratifs, mais possèdent également une grande praticité. La plupart des gens ignorent toutefois la meilleure manière de les fixer. Divers critères sont ainsi à prendre en considération telle que le choix de plusieurs points lumineux, l’optimisation de l’intensité lumineuse…

Il faut ainsi toujours se souvenir que la lumière émise par un éclairage doit varier en fonction de la situation. Il est, par exemple, préférable de tamiser la clarté diffusée dans les chambres tandis que celle dans la cuisine doit être intensifiée. Installer les luminaires dans une maison devient aisé en évitant les quelques points mentionnés ci-dessous.

User d’une source lumineuse unique

D’après Christophe Bresson, directeur de la communication pour Philips Lighting France, les Français se servent souvent d’une source de clarté unique au plafond. Il est néanmoins important de savoir que les nécessités en lumière dans une seule pièce varient en fonction des besognes à faire. Dans un salon, les membres de la famille peuvent faire de la lecture, accueillir des invités ou relaxer. La meilleure façon d’alterner les cadres lumineux repose dans la variété des modèles de sources.

Il est possible de combiner la lampe d’appoint, la liseuse, les suspensions, les appliques, etc. La suspension vertigo constitue un modèle de luminaire qu’il ne faut surtout pas laisser passer. Selon Laurent Soubeyrand, un responsable vente, c’est mieux de choisir un luminaire illuminant parfaitement le plan de travail dans la cuisine. Chaque partie de la maison doit être éclairée par des points lumineux.

Ne pas savoir optimiser la lumière émise

C’est compliqué de se détendre lorsque la clarté d’une chambre devient trop intense telle que le cabinet d’un dentiste. Il reste toutefois épuisant de farfouiller la garde-robe pour trouver des habits. Divers modèles d’éclairages restent à la disposition des consommateurs, d’après toujours Laurent. Il faut juste savoir s’en servir en fonction de chaque cas qui se présente. Il existe quatre classifications de luminaires. Le direct émet une lumière éclairent la totalité de la pièce.

L’indirect produit de la clarté contre un mur ou le plafond. Celle diffusée par le radiant se fait dans chaque coin de l’habitation. La lumière du focal vise une zone bien spécifique. Les suspensions scandinaves, composées de métal et très tendance actuellement, fournissent une clarté focale inefficace en appoint. Elles peuvent être fixées en haut d’un îlot de cuisines, d’un bar ou d’une table. Et ce, pour remplir la lumière générale. La suspension vertigo vient évidemment s’ajouter à cette série de luminaires.

Opter pour l’ampoule inadéquate

S’acheter une ampoule se faisait facilement auparavant. Il fallait juste jeter un œil sur la puissance exprimée en watts. L’acquisition de connaissances plus approfondies devient en ce moment inévitable. De nombreux critères doivent de plus être considérés tels que les lumens, les led, les halogènes basse consommation, les fluocompactes.

Opter pour l’ampoule idéale représente ainsi un vrai challenge. La qualité de la clarté dépend en majeure partie de ce choix. Il faut savoir faire la différence entre le lumen et les watts. Le premier évoque l’unité employée pour la mesure de l’intensité de la lumière. Le second détermine la quantité énergétique usée par une ampoule lors de l’émission de la lumière.