Changer de syndic plus facilement grâce à la loi ALUR

Dans le cadre de la copropriété, certaines tâches et responsabilités ne peuvent être réalisées par le propriétaire et le locataire. C’est pour cette raison que le syndic doit intervenir pour celles-ci, comme  mener à bien la gestion des comptes de la copropriété où gérer les différents problèmes de voisinage, de l’entretien des lieux… En cas de manquement à ces obligations formelles, il est tout à fait possible de demander à changer de syndic, sous certaines conditions. Voyons ici comment bien changer de syndic et ce que le loi ALUR peut apporter dans le changement d’un tel prestataire.

À quoi sert un syndic ?

Par simple définition, le syndic d’immeuble est un professionnel ou un particulier chargé de la gérance de la copropriété. Il a pour mission de passer les contrats avec les fournisseurs comme l’EDF, GDF, personnels de nettoyage et autre. Il a aussi pour rôle de vérifier le paiement de toutes les factures liées à la copropriété.

Le syndic de l’immeuble sert également à veiller à ce que celui-ci réponde aux normes sanitaires et sécurités imposées par le pouvoir public. Cela dit, il s’engage à préserver le patrimoine immobilier en programmant les travaux nécessaires à sa pérennité. En outre, sa plus grande responsabilité est d’établir les comptes de la copropriété surtout la comptabilité.

Est-ce possible de changer de syndic ?

Il est tout à fait possible de changer de syndic. Pour ce faire, il faudra mettre en place un vote dans la copropriété afin de récolter les avis de chaque habitant de la copropriété. Si le suffrage s’avère positif, il sera possible de changer de syndic légalement.

Plus d’infos sur https://www.changersyndic.net/

Qu’est-ce que la loi ALUR ?

La loi ALUR a été mise en vigueur le 26 mars 2014 après avoir été votée le 20 février 2014. Les principaux objectifs de cette loi sont les suivant :

–  Réguler le secteur immobilier : qu’il s’agisse d’une vente ou d’une location, tout en protégeant les locataires et les propriétaires.

Encadrer les loyers surtout durant la trêve hivernale : Grâce à cette loi, les pièces justificatives des charges locatives sont désormais fournies aux locataires (par avance) pour une durée de 6 mois.

Permettre des travaux de rénovation : si le propriétaire de l’immeuble envisage de réaliser quelques travaux de rénovation dans sa propriété, les locataires ont droit à une réduction de loyer surtout si les travaux en question dépassent les 21 jours.

Changer de syndic avec la loi ALUR

Vous pouvez changer de syndic avec la loi ALUR. En effet, de nombreuses raisons emmènent les copropriétaires à changer de syndic. Manque de disponibilité, tarif trop élevé, manque de compétences… telles sont les raisons les plus fréquentes.

Dans le cadre de la loi ALUR, les copropriétaires sont autorisés de mettre en concurrence plusieurs syndics pour dénicher l’offre qui leur correspond le mieux.  Compte tenu de l’importance des missions d’un syndic, toutes les copropriétés doivent bien réfléchir avant d’engager un.

La meilleure clé pour trouver un bon syndic est de faire appel à un courtier immobilier. Grâce à son expérience et à ses collaborateurs, il peut vous proposer un syndic fiable. Sachez que le bouche-à-oreille est également une excellente technique de dénicher un bon syndic. Demandez auprès de vos voisins pour qu’ils vous en proposent un de faible. Si ces méthodes ne vous conviennent pas, il vous reste l’Internet qui est un bel outil pour trouver ce qui vous faut. Sachez quand même que rien ne vous force à garder le même syndic si ce dernier ne vous satisfait pas. La loi ALUR protège les locataires et les propriétaires, A vous d’en profiter !