Comment se porte le marché des bureaux à Paris ?

Le marché français des bureaux a regagné en attrait au deuxième trimestre, avec une reprise des investissements, après un début d’année morose.

Même si les transactions restent en net recul face à une offre réduite. Au total, sur les trois premiers trimestres de 2019, c’est 1,7 million de m2 qui ont été commercialisé, soit une baisse de 12,3% pour la même période en 2018. Sur les 54 transactions de plus de 5.000 m2, 20 ont été réalisées au troisième trimestre, représentant 40% des surfaces commercialisés depuis le début de l’année (2 d’entre elles dépassent 20.000 m2).

Une région attirante

La région Île-de-France est la région où se concentre la très grande majorité du marché. Le montant des investissements en immobilier d’entreprise atteint les 7,2 milliards d’euros au second trimestre 2019, soit une hausse de 11% par rapport à la même époque de l’an passé.

Cette région est tellement attirante que la demande est beaucoup trop élevée par rapport au nombre d’offres disponibles (-7%). Cette demande incroyable créée en corrélation une hausse des prix. Le prix du m2 augmente de 7% au second trimestre 2019. Sur l’année, 543.400 m2 ont été loué ou vendu à des entreprises, ce qui représente seulement 15% de la demande.

Les loyers de bureaux flambent

En moyenne, les loyers parisiens s’élèvent à 457 euros par m2 par an, hors taxes et hors charges (€ / m2 / an, HT-HC). Le taux de vacance commercial n’a jamais été aussi bas. Il est de 2,5% à Paris et de 5,5% en Île-de-France. La location de local commercial n’a jamais été aussi compliqué. En trois ans, le nombre de bureaux vides a diminué de moitié à Paris. Des chiffres qui pourraient effrayer les investisseurs étrangers.

C’est dans le 19ème que l’envolée des loyers a été la plus considérable : +41,1%. Pourtant, le loyer moyen le plus élevé est dans le 7ème arrondissement atteignant les 553 € / m2 / an, HT-HC. Les arrondissements dépassant les 500 € / m2 / an, HT-HC sont donc le 7ème mais également le 8ème, le 1er et le 2ème arrondissement de Paris. Le seul arrondissement qui a vu son loyer moyen baissé sur un est le 5ème arrondissement avec -1,8%.

Les entreprises s’excentrent

Pour pallier ce manque d’offres dans l’hypercentre de Paris, les entreprises font peu à peu le choix de s’excentrer. C’est ainsi que le 17ème arrondissement a fait son entrée dans le top 5 des recherches. Il dispose d’un large parc immobilier tertiaire et des loyers inférieurs de 20% aux arrondissements centraux. De quoi favoriser le choix des entreprises pour s’y implanter.

Certaines entreprises font également le choix de passer le périphérique pour aller s’installer dans le sud-ouest ou l’ouest de l’Île-de-France. Le trio le plus visé par les entreprises sont Boulogne-Billancourt, Neuilly-sur-Seine et La Défense. Même si ce dernier est peu à peu délaissé. La Petite Couronne se hisse doucement sur la recherche préférée des entreprises parisiennes.

Quant aux commerces, ils perdent du terrain rompant avec les niveaux d’investissement de ces dernières années. Avec 3,5 milliards d’euros enregistrés, ils accusent une baisse de 12%. Seuls les locaux d’activité et les entrepôts ont progressé en 2017.

Quelles perspectives ?

Les vents soufflant sur l’économie mondiale (Brexit, tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, etc.) ne pèsent pas pour l’instant sur les performances du marché français de l’investissement. Ce dernier continue de tirer parti du surcroît d’intérêt des investisseurs étrangers et de l’afflux de capitaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *