Écoconception : Construire sa maison bioclimatique pour 2017

Loin d’être un cube monolithique, la maison bioclimatique se décline en plusieurs facettes. En effet, si les modèles de type classique tiennent toujours autant la côte, on tient aujourd’hui à déstructurer le logement, quitte à la personnaliser. Et malgré ces changements, l’on a toujours cette façade, ce toit caractéristique de ce logement. La maison reste également très écolo et privilégie l’optimisation de l’espace de vie. D’où il est normal de craquer là-dessus.

Les facteurs qui interviennent dans le choix de sa maison

Si l’infrastructure contemporaine a tendance à se standardiser, elle diffère d’un modèle à un autre en plusieurs points. Les matériaux utilisés dans sa construction sont un premier paramètre à prendre en compte. En effet, il est essentiel de choisir une matière qui performe tant dans l’isolation thermique que sur le design. Marbre, bois ou granite, un matériau de qualité s’impose pour parfaire le visuel.

Quant à l’isolation thermique, elle dépendra en grande partie de la méthode de construction privilégiée par le propriétaire. L’on a ainsi d’une part l’isolation par l’intérieur, qui constitue la méthode traditionnelle puis l’isolation par l’extérieur qui est recommandée à ce jour. Un logement moderne se définira par ailleurs sur les équipements qu’elle utilise au quotidien.

À part l’éolienne et les panneaux solaires comme producteurs d’énergie les plus connus, la nouvelle tendance penche pour une maison passive. Puis le dernier et non le moindre : l’implantation. Comme l’objectif visé étant de réduire la consommation à zéro, la nature du sol et les orientations du vent ne doivent pas être minimisées.

Faire appel à des professionnels dans la construction

Il est bien beau de vouloir s’approprier une maison bioclimatique. Cependant, malgré la simplicité de ses lignes et son look épuré, l’ouvrage est bien plus complexe. L’intervention d’une entreprise générale de construction est ainsi requise. Et si habituellement, les services d’un architecte de renom se paient cher, il existe des solutions moins onéreuses comme faire construire sa maison par un professionnel indépendant.

Donc, pour commencer, il va falloir trouver un plan qui tient la route. Et il n’y a pas meilleure source qu’Internet pour dénicher les modèles gratuits. En trouvant la bonne, il suffit de demander à ce qu’un constructeur concrétise le projet. Mais pas n’importe lequel non plus. Dans la quête du top des prestataires, il serait mieux de se fier au bouche-à-oreille, plutôt que faire confiance aux annonces en ligne. Avec l’apparition des maisons en kit, on peut également procéder à l’auto construction de sa demeure. C’est intéressant dans la mesure où l’on peut opter pour un logement évolutif.

Personnaliser sa maison bioclimatique avec une toiture végétalisée

Maison classique ou avant-gardiste, chacun est libre de donner la touche personnelle qui manque à son logement. Cependant, la tendance penche aujourd’hui sur la toiture végétaliste. En effet, depuis 2011, plus d’une entreprise de construction a émergé, faisant de celle-ci un secteur florissant sur le marché immobilier. Et c’est l’engouement des Européens pour la maison contemporaine qui en est la cause principale.

Édifices publics ou grands centres commerciaux privés, ce style de maison à la fois moderne et aérien est aujourd’hui adopté par toutes sortes de bâtiments. Cependant, des règles doivent être suivies tant pour l’étanchéité du bâtiment que son isolation extérieure.

Il faut par ailleurs s’abstenir de le faire soi-même, à moins que l’on soit un expert en la matière ; surtout si le but est de construire sa demeure avec peu de budget. En effet, le design de toute la demeure en dépend. Aussi, faire appel à un architecte constitue un bel investissement. C’est la meilleure décision lorsqu’on ne veut pas avoir affaire à des fissures quelques années suite à la construction effective. De plus, cette idée de personnaliser sa demeure peut soit sublimer sa maison, soit gâcher l’environnement. Ainsi, le choix de le faire ou non reste très subjectif.